L’eau potable… du fleuve au robinet

La fourniture de l'eau sous-entend qu'il faut la traiter pour la rendre potable avant sa consommation et la traiter de nouveau avant son rejet dans la nature une fois utilisée.

C'est le fleuve Saint-Laurent qui est la source d'eau potable de Longueuil. Pour alimenter les industries, les commerces et les résidences, la Ville de Longueuil dispose de trois usines de traitement des eaux. Une fois traitée, l'eau est emmagasinée dans l'un des cinq grands réservoirs répartis sur le territoire pour être distribuée au moyen d'un imposant réseau de pompes et d'aqueducs. Captée par un réseau d'égouts collecteurs, l'eau usée est traitée avant d'être rejetée au fleuve d'où elle a été puisée.

Respecter la réglementation sur l'utilisation de l'eau potable

La Ville de Longueuil a adopté au mois de septembre 2008 un règlement concernant l'utilisation de l'eau potable. Les dispositions de ce règlement concernent, entre autres, l'arrosage des pelouses, le lavage des véhicules, le remplissage des piscines et les restrictions d'utilisation. Pour en savoir plus, consultez la section des Principaux règlements.

Une eau analysée minutieusement… et économique !

En plus d'effectuer régulièrement des analyses d'eau avec des appareils sophistiqués aux usines de filtration, une équipe de techniciens et de techniciennes procède hebdomadairement à d'autres types d'analyses, soit :

  • 105 analyses bactériologiques
  • 235 analyses de contrôle physique et chimique
  • 301 analyses de chlore résiduel

Un laboratoire de contrôle indépendant vérifie aussi la qualité bactériologique de l'eau à divers endroits sur les réseaux de distribution, ce qui représente annuellement :

  • 520 prélèvements sur le réseau de Boucherville
  • 312 prélèvements sur le réseau de Saint-Bruno-de-Montarville
  • 2184 échantillons sur les réseaux de Longueuil
  • 988 échantillons sur le réseau de Brossard
  • 312 échantillons sur le réseau de Saint-Lambert

Tous ces efforts dans le seul but d'offrir la meilleure qualité d'eau au plus bas prix. Effectivement, pour le prix d'un litre d'eau embouteillée, soit environ 0,90 $, la Ville de Longueuil livre à votre domicile plus de 4 000 litres d'eau (0,21 $ par mille litres).

À titre d'exemple, une famille de quatre personnes consomme en moyenne 10  à 12 mille litres d'eau par semaine. Toutefois, même si le coût de production de l'eau potable est bas, il ne faut pas pour autant en abuser, car cette ressource n'est pas inépuisable.

Le traitement et la distribution de l'eau potable en chiffres

Statistiques de production de l'eau potable

Population desservie : 410 852 personnes

Capacité de production totale des trois usines de filtration : 448 000 mètres cubes par jour
Production moyenne quotidienne : 215 000 mètres cubes par jour, soit 48 % de la capacité de production, l'équivalent de 86 piscines olympiques
Moyenne quotidienne par habitant : 524 litres par jour/par habitant

Réseau d'aqueduc et d'égout

Réseau d'aqueduc : 1 630 km de conduite
Réseau d'égout : 2 478 km de conduite
Autres installations : 38 189 regards d'égout et 9 441 bornes-fontaines

Rapports bilan sur la qualité de l'eau potable en 2014 :

Trois usines de filtration pour desservir l'ensemble du territoire de l'agglomération

Deux usines sont situées dans l'arrondissement du Vieux-Longueuil et une dans la ville de Saint-Lambert. La plus grande dessert à la fois la population du Vieux-Longueuil, de Boucherville, de Saint-Hubert et de Saint-Bruno-de-Montarville, soit près de 255 800 personnes. Elle est la deuxième en importance au Québec après celle de la Ville de Montréal. Une usine d'envergure locale fournit en eau potable les résidents du quartier l'entourant dans le Vieux-Longueuil, soit près de 273 300 personnes. Enfin, une troisième usine, située à Saint-Lambert, dessert les résidents des secteurs de Saint-Lambert, de Greenfield Park, de Le Moyne et de Brossard, soit environ 127 700 personnes.

Usine régionale

usine régionaleLa grande usine de l'arrondissement du Vieux-Longueuil a subi divers agrandissements depuis sa mise en fonction en février 1956. Elle occupe présentement une superficie de près de 10 000 mètres carrés. En 1982, elle fut modernisée de fond en comble afin de hausser sa capacité de production à près de 265 000 mètres cubes d'eau par jour. En 2015, une nouvelle étape de désinfection par ultraviolet est ajoutée au procédé de traitement de l'eau potable. Les opérations de l'usine, de la station d'alimentation en eau brute, du réservoir Julien-Lord (Vieux-Longueuil), du réservoir Kimber (arrondissement Saint-Hubert), du réservoir Montbrun (Boucherville) et du réservoir Normandie (Boucherville) sont assujetties au poste central de commande de l'usine où une équipe d'opérateurs en assure la surveillance et le contrôle 24 heures par jour, 365 jours par année.

Afin d'assurer aux consommateurs un haut niveau de qualité, des équipements sophistiqués en assument le traitement. Quatre décanteurs dynamiques de type « pulsator » et vingt-six unités filtrantes à haute charge composées de sable et d'anthracite assurent l'affinage final. Deux produits chimiques tels que le sulfate d'aluminium et un polymère sont utilisés pour la coagulation, tandis qu'un troisième, le chlore gazeux, assure la désinfection de l'eau à tous les niveaux.

L'eau potable est alors acheminée vers des réservoirs d'une capacité de 55 000 mètres cubes situés au-dessous et en bordure de l'usine. Cette eau est constamment renouvelée pour en assurer la fraîcheur.

La distribution de l'eau potable s'effectue par un ensemble de quatre groupes motopompes électriques pouvant injecter jusqu'à 273 000 mètres cubes d'eau par jour dans le réseau. Afin de maintenir en tout temps une alimentation en eau à cette grande clientèle, un groupe de trois motopompes diesels peut fournir un débit de 204 000 mètres cubes d'eau par jour lors de panne électrique.

La grande usine de l'arrondissement du Vieux-Longueuil alimente aussi divers réservoirs de stockage en réseau. Ces réservoirs en réseau, en plus du réservoir de l'usine, constituent un volume d'eau potable de près de 150 000 mètres cubes.

Renseignements : Direction du génie

Usine locale

Une usine locale de dimension plus modeste que la grande usine de l'arrondissement du Vieux-Longueuil dessert les consommateurs du secteur l'avoisinant, soir 27 300 personnes. Elle fut construite durant les années 40 et afin de suffire à la demande sans cesse croissante en eau et elle fut rénovée à plusieurs reprises. Ces rénovations portent la capacité de traitement à près de 40 000 mètres cubes d'eau par jour. La dernière modification date de 2014 où une nouvelle étape de désinfection par ultraviolet a été ajoutée. Une fois traitée, l'eau est acheminée vers des réservoirs d'une capacité totale de 9 000 mètres cubes situés au-dessous et en bordure de l'usine.

L'usine de filtration Le Royer

lL'usine de filtration Le Royer, située à Saint-Lambert, dessert les populations de Saint-Lambert, de Greenfield Park, de Le Moyne et de Brossard, soit plus de 127 700 habitants. Sa capacité de traitement est de 137 500 mètres cubes d'eau par jour, mais sa production moyenne, pour répondre aux besoins actuels, est de 53 600 mètres cubes par jour.

La production d'eau potable en cinq étapes

1. Le tamisage et le pompage d'eau brute

tamisage et le pompage d'eau brute

La station d'alimentation en eau brute aspire l'eau du fleuve Saint-Laurent. Cette eau passe alors à travers une grille de tamisage et est ensuite acheminée par des conduites sous pression jusqu'à l'usine de traitement.

En automne, on ajoute à l'eau brute de la poudre de charbon activé pour améliorer le goût.

2. La floculation

la floculation

Lorsque l'eau brute arrive à l'usine régionale, elle passe à grande vitesse dans des bassins. À cet endroit, appelé chambre de mélange, d'autres produits chimiques sont intégrés à l'eau brute.

Sous l'action du sulfate d'aluminium et d'un polymère, un floc se forme, résultat du mariage entre les produits chimiques et les matières en suspension dans l'eau. Examiné au microscope, ce floc ressemble à des flocons de neige.

3. La décantation

la décantation

De la chambre de mélange où elle a séjourné très peu de temps, l'eau est amenée dans les décanteurs dynamiques. C'est à cet endroit que l'eau est clarifiée et que sont extraites les matières floculées en suspension (évacuation des boues concentrées).

Le procédé consiste à introduire l'eau brute additionnée de ses réactifs dans une cloche mise sous vide. Lorsque le niveau d'eau atteint une certaine élévation (phase 1), un dispositif commande l'ouverture brusque d'une vanne provoquant ainsi la remise à l'atmosphère de la cloche (phase 2).

À la surface de ces bassins, un réseau de goulottes recueille de façon continue l'eau ainsi clarifiée. Cette eau n'est cependant pas encore propre à la consommation, elle doit auparavant être désinfectée et filtrée.

4. La filtration

la filtration

Juste avant la filtration, on procède à la première désinfection, l'interchloration, c'est-à-dire qu'on désinfecte l'eau en lui ajoutant du chlore gazeux.

À ce stade, l'eau passe à travers un lit composé de sable et d'anthracite. Cette opération de filtration permet la séparation totale des particules d'avec l'eau potable.

Régulièrement, on procède au lavage des filtres de façon à assurer en tout temps la qualité de l'eau.

5. La postchloration (Cl₂)

La postchloration (Cl₂)

L'eau potable est alors acheminée dans des réservoirs d'une capacité totale de 55 000 mètres cubes situés en dessous et en bordure de l'usine.

Cette eau est constamment renouvelée pour en préserver la fraîcheur.

Le traitement des eaux usées

Pour être respectueux de l'environnement, le cycle de l'eau serait incomplet sans le traitement des eaux usées. Grâce au Centre d'épuration Rive-Sud, l'eau empruntée au fleuve pour nos besoins y est rejetée plus propre que lorsqu'elle y est puisée. Pour en savoir davantage, consulter la section eaux usées.